22 SUMMITS Histoires sur Zermatt | Pollux

22 Summits Stories

Le petit polyvalent


Il y a 1255 guides de montagne en Suisse, dont seulement 30 sont des femmes (en décembre 2018). L'une d'entre elles est Bettina Sulliger-Perren, de Zermatt. Elle a étudié l'éducation sportive et guide des clients en toute sécurité dans les montagnes depuis 25 ans. Elle évolue dans cette profession dans un domaine masculin et a appris au fil des ans à composer avec les préjugés. "Quand je suis devenu guide de montagne, j'étais follement fier de mon badge. Je l'ai porté sur ma veste et j'ai marché dans le village. Les habitants de Zermatt étaient cool avec moi, mais les guides de l'extérieur de la ville qui n'avaient jamais vu une femme guide auparavant faisaient des commentaires stupides. À un moment donné, je suis sorti en équipement privé lorsque je guidais des habitués. Ainsi, nous pourrions dépasser les cordistes en toute tranquillité, sans faire parler de nous. J'ai retrouvé la paix de la montagne."


Lorsque Bettina Sulliger-Perren reçoit des demandes, elle décide de manière réaliste : "Je ne sors pas avec des invités non formés ou lourds. Ceci est particulièrement important sur le Cervin, car le risque de chute y est le plus élevé. Mon physique est différent, je n'ai pas de larges épaules, mais je dois quand même porter le même équipement. Si le client a une crise, je dois pouvoir lui retirer quelque chose."


Si elle devait se comparer à une montagne, elle la décrit ainsi : "Je suis un peu comme Pollux : petite et polyvalente. C'est varié : glacier, roche, glacier. On traverse d'abord l'immense plateau du Breithorn : la liberté ! L'immensité ! On ne voit pas le Pollux avant un bon moment. Il passe inaperçu. Puis, quand vous arrivez en bas, vous devez grimper. Au bout, c'est un peu comme sur le Cervin, avec des cordes fixes et des chaînes. Au bout, une belle crête sommitale. Tu montes vers le ciel. À pied, avec des skis, sans skis : tout est possible. Si le flanc raide orienté sud-ouest n'est pas glacé, je le descends à ski. Le Pollux est le petit jumeau du Castor, et j'ai aussi un jumeau - mon frère Ronnie. Nous faisons des tournées ensemble depuis que nous sommes adolescents. Quand nous avions 12 ans, nous sommes sortis seuls pour la première fois. C'était aventureux : nous sommes allés vers Untergabelhorn avec une vieille corde militaire en chanvre. Nous n'avions aucune idée de comment l'attacher correctement et nos parents n'avaient aucune idée de ce que nous faisions. On leur a dit quelque chose. Tout s'est bien passé. L'alpinisme commence toujours quelque part en bas."