22 SUMMITS Histoires sur Zermatt | Rimpfischhorn

22 Summits Stories

Le coureur de montagne Andreas Steindl


Tout ne doit pas être extrême et rapide - Andreas Steindl peut aussi se déplacer tranquillement en montagne. Lorsqu'il travaille comme guide de montagne et qu'il est en déplacement avec des clients, par exemple. Alors qu'il est en train de réaliser le rêve de toute une vie des touristes de montagne, une pensée lui traverse encore parfois l'esprit ici et là : "A quelle vitesse aurais-je pu couvrir cette distance ?"


Cela n'a rien à voir avec l'impatience : Andreas Steindl est un coureur de montagne. Il se mesure aux ascensions de Zermatt. "La course à pied est comme une méditation pour moi. Il n'y a rien d'autre : Vous, la montagne et le moment. C'est un sentiment intense." Ce qui est une excursion épuisante pour d'autres est une promenade pour l'athlète de l'extrême : il court sur le Rimpfischhorn pendant un court instant et atterrit devant la maison avec son parapente un quart d'heure plus tard. Tout simplement merveilleux.


Le 19 août 2015, Andreas Steindl a couru à l'âge de 26 ans en 7:45:44 heures de Zermatt à l'Alphubel via Täschhorn, Dom, Lenzspitze et Nadelhorn à Saas Fee : 4015 mètres verticaux en montée, 3900 mètres verticaux en descente, soit un total de 30,66 kilomètres. En chaussures de trail running - en solo. Il a battu son propre record de 2013 de 78 minutes.


Puis, le 3 septembre 2018, un nouveau record : Steindl court de la Kirchplatz Zermatt au Cervin et retour en 3:59:52 heures. Il est déjà monté 88 fois au sommet, mais jamais à cette vitesse. "Le Cervin est mon terrain de jeu", dit Steindl. "La montagne offre tellement de variété. La glace, la neige, la roche et des conditions toujours différentes." La plus grande inspiration et motivation d'Andreas sont ses amis : "Nous ne connaissons pas la concurrence. Dans les sports de montagne, on n'en veut pas à l'autre de réussir." Apprendre à souffrir sur le Cervin pour la première fois à 14 ans, puis dans les courses de montagne : "C'est là que j'entraîne la ténacité. C'est important de finir une course, même si vous arrivez une fois dernier. Une fois que vous commencez avec la mentalité que vous allez abandonner, cela va vous accompagner toute votre vie."


Dans la région alpine, toutes les montagnes ont été gravies pour la première fois. Néanmoins, les sports alpins continuent de se développer. La jeune génération doit chercher d'autres défis. "Il y a toujours des critiques", dit Andreas Steindl. "La plupart des gens ne comprennent pas l'entraînement qui se cache derrière de telles réalisations. Ils ont le sentiment que ce n'est pas possible ! Est-il fou ? Il risque sa vie ! Inutile !"


Même l'imagination de ses amis dépasse parfois ce qu'Andreas rend possible. "J'étais sur le Cervin en train de filmer Andreas", raconte son ami, le freerider et alpiniste professionnel Sam Anthamatten. "Tout d'un coup, je reçois un message de mon frère : il a dit qu'Andie était passée dans le Furi. On est toujours sur l'épaule du Cervin et il est presque redescendu. Du sommet à la cabane Solvay en 13 minutes. Avec un bon invité, vous êtes à une heure de route. Puis le lendemain, il est sur mon site pour m'aider."